Poème

Publié le par lamée

(Photo du net) cette photo date de 1942 et remarquez les sabots aux pieds des enfants.....

 

 

          Si j'avais licence de faire demi-tour,

          J'aimerais retrouver les bancs de l'école,

          Auprès des deux tilleuls,les rondes dans la cour,

          Et nos douces veillées,sous la lampe à pétrole.

 

          J'aimerais admirer les pommiers en avril,

          Me griser des senteurs du colza dans les champs,

          Des oiseaux de nos haies goûter le frais babil,

          Et de l'épi doré,grignoter le froment.

 

          Or,je n'ai pas de licence de faire demi-tour

          Et me fondre en ces lieux qui ravivent mon enfance!

          Mais,en fermant les yeux,ce sera pour toujours

          Que j'en emporterai la tendre souvenance.....

 

             (Extrait du recueil de poèmes "Puisaye et d'ailleurs" en 1997 de Ninise)

3892267.jpg

Publié dans poèmes

Commenter cet article

Le visiteur du soir, 12/04/2013 16:51


Bonsoir Aimée,


A coté de chez mes grands-parents, il y avait un sabotier. On allait acheter nos sabots chez lui. Je ne me souviens pas du prix. Certain utilisait le troc pour avoir des
sabots. Mes grands-parents autorisaient le sabotier à prendre des rondins de bois selon son usage. Sa femme venait prendre son lait à la ferme, ainsi que du beurre des oeufs.. Après guerre
l'argent ne circulait pas à flots.


Je me souviens qu'il utilisait un tarière, des gouges de plusieurs formes. Il serrait son bout de bois dans une sorte d'établi, à usage pour son métier qu'il appelait sa
biquette. Chaque sabotier donnait un nom à ses outils.


Le dimanche après-midi, les gens du village se réunissaient chez l'un d'eux, et il tapait le carton dans la maison l'hiver, et sous les pommiers l'été. Les femmes allaient
faire un tour dans le jardin, et discutaient entre-elles. Moi je jouais avec ma petite chienne, ou je grimpais dans les arbres. C'était le bon temps, tout le monde s'entendait bien, et lors des
moissons, tous se donnaient la main. Ce n'est plus comme maintenant, où c'est chacun pour soi.


Je vais te souhaiter un bon week-end, car je dois rendre visite à ma mère qui est en Manche. 3h30 de route. Bisous et à bientôt


J’ai un très bon chauffeur, et je ne rechigne pas pour lui laisser le volant. Les femmes conduisent aussi bien que les hommes, voire plus prudemment. Quoique, ma
femme conduit plus vite que moi. Si c’est 130, elle roule à 130. Moi je roulerai à 120 voir 110 en pépère tranquille. Je sers un peu de copilote pour lire les cartes, si on est dans un endroit
qu’elle ne connait pas.


Bon courage dans tes cartons


Bien amicalement.


 

lamée 12/04/2013 17:53



Ton premier paragraphe est exactement ce que mes parents me racontaient:du beurre,du lait,un poulet ou un lapin en contrepartie de sabots.Je n'ai pas connu cette époque étant née 4 ans après la
fin de la guerre , je n'ai même pas connu mon père sabotier et je ne sais pas pourquoi il a laisser ce métier,a cause surement de l'arrivée des chaussures....


Ah les moissons,les foins et aussi l'arrachages des betteraves a la main...Moi aussi je grimpais dans les arbres et je l'ai fais jusqu'à mes quinze ans,quelle jeune fille je faisais!!!!


Faites très attention a la route et dis a Karo qu'elle ne conduise pas trop vite,il faut qu'elle soit prudente.Je vous souhaite donc un bon week-end et a très bientôt.Bisous amicaux.Aimée



Le visiteur du soir, 12/04/2013 02:25


Bonjour
Aimée,


Je me
souviens encore de ces sabots, que l'on mettait dès le saut du lit. Sur le dessus, le sabotier faisait un petit dessin ressemblant à une marguerite. Sous les sabots, il y avait des clous pour ne
pas user le bois trop vite, et en plus ça servait de crampon, pour ne pas glisser sur le sol mouillé. Mais l'hiver, quand la neige couvrait le sol, celle-ci se collait sous nos sabots et faisait
de semelles d'environ dix centimètres d'épaisseur. Alors on cognait le sabot l’un contre l'autre pour décoller la neige.


Les
chevilles intérieures prenaient quelques coups de temps à autre. Ensuite le sabot s'est amélioré dans les années 50. Le dessus du sabot était recouvert d'une lamelle de cuir, ce qui soulageait le
dessus du pied. Et on pouvait également mettre des chaussons à l'intérieur, ce qui permettait d'enlever ses sabots, lorsque l'on entrait dans une classe à l'école. Souvenir lointain. Mais pas
oublié. Comme les coups de pieds au c**, avec ces fameux sabots, ça faisait bobo.



Bisous amicaux.


 

lamée 12/04/2013 10:07



Je me souviens en avoir eu,mais j'étais très petite....Ca ne devait pas être confortable et mes parents me disaient la même chose....Papa ,pendant la guerre a été sabotier,j'ai connu ses outils
dont il a dû se séparer lors d'un déménagement.....Maman,elle,nous racontait qu'il y avait encore des loups dans le Morvan quand elle était petite et que les enfants quand ils rentraient de
l'école,a pieds bien sur....tapaient leurs sabots pour les faire s'éloigner....Etait-ce une simple histoire?je ne sais pas....


Les maitres et maitresses a l'époque n'avaient pas de crainte d'aller devant un tribunal et nous ne sommes pas devenus des délinquants parce qu'un prof nous aurait " traumatisé" en nous tirant
l'oreille.....Bonne journée a toi.Bises.Aimée


 



Roselyne 23/11/2010 21:31



Un beau poème, une superbe photo...Que sont-ils devenus ? Bisous.



bricabrocamoi 23/11/2010 19:41



Nan nan ...


Même pas lu ... l'article avec le serpent ..


trop peur.


Bizzzz






lamée 23/11/2010 19:52



mdrrrrr,il est pas méchant celui là;il ne mord pas il étreind très fort quand il aime lol lol



DD 23/11/2010 16:57



1942 ... en pleine guerre ... des sabots ou des galoches dans les pieds ... aujourd'hui qui se rappelle de ça en enfilant ses chaussures en cuir et son manteau bien chaud ... je les ai vus
aux pieds de mon grand-père à la ferme ces sabots, c'est pas si lointain ... il aimait les porter par habitude ...


Bises Aimée, bonne soirée



lamée 23/11/2010 19:25



Peu de monde savent ce que c'est sauf pour les mettre en déco...J'ai une petite photo où je suis bébé,donc environ 1950 et j'y vois des sabots sur les marches je pense donc que c'était a mes
parents et mes frères...Bonne soirée a toi et gros bisous.Lamée